ANTECEDENTS

La biotechnologie connaît actuellement des changements rapides, passant d’une industrie de recherche et de développement à une industrie de production, vente et marketing. On peut distinguer cinq domaines en développement croissant : l’utilisation des cellules souches, la production de puces d’ADN et de protéines, la nanotechnologie clinique, l’ingénierie des tissus et le développement protéomique.

L’institut de bio-recherche de Biocell Ultravital, après plus de 70 ans consacrés à la recherche et au développement de biomatériaux particulièrement performants vitaux pour le corps humain, continue de développer de nouvelles thérapies par lesquelles nous avons réussi à faire se régénérer les cellules dysfonctionnelles du récepteur pour leur réparation et leur revitalisation, avec les contrôles les plus rigoureux et les plus sévères exigés par la biosécurité.

Nous employons majoritairement des substances naturelles – appelées composés cellulaires – utilisant des extraits d’origine animale ou végétale constituant de véritables bio-médicaments sûrs à 100% pour la nutrition des cellules, qui induisent progressivement la réparation et la normalisation du cycle cellulaire, en d’autres termes le mécanisme de guérison. Quand des cellules entières sont injectées, il est question de renouvellement cellulaire.

Le succès de nos traitements cellulaires réside principalement dans le fait qu’ils sont acceptés par le corps récepteur sans risque de rejet ou de troubles éventuels de la génétique cellulaire du récepteur ; ses effets sont revitalisants dans une première phase, puis régénérateurs. Bien entendu, ils ne produisent pas la réponse thérapeutique bien connue ; au contraire, c’est plutôt le corps qui se modifie. Contrairement aux médicaments chimiques, qui peuvent altérer le rythme des processus biologiques existants (par exemple la chimiothérapie), nos produits n’ont pas la capacité de s’imposer à l’organe cible ; ils agissent plutôt dans la mesure où ils sont acceptés et incorporés comme partie intégrante, d'où il résulte qu’ils ne peuvent jamais léser le corps récepteur. Les réactions ultérieures au cours du temps (par exemple, l’augmentation continue de la production d’une hormone) ne sont pas dues à une action résiduelle, mais bien à la réponse biologique du récepteur. Bien que cela puisse sembler contradictoire, la composition à la fois très complexe et très simple de nos produits est à l’opposé de la simplicité d’un médicament à principe actif unique, recherché comme une substance efficace par la pharmacologie.

Généralement concentrée sur la symptomatologie, la thérapeutique classique se focalise sur les derniers maillons de la chaîne constituée par la maladie. En d’autres termes, elle est plus symptomatique que causale et vise les conséquences sur un plan pathogénique et thérapeutique, et au lieu de rechercher si l’origine du problème se trouve au niveau des mitochondries, des ribosomes, ou des cytomembranes, dévoyées ou mal programmées génétiquement, c’est-à-dire en lien avec un dysfonctionnement cellulaire.

Naturellement, au cours d’une vie, les tissus du corps sont soumis à une usure dont ils se défendent en développant une capacité intrinsèque d'auto-renouvellement des tissus usés. Si cet auto-renouvellement n'existait pas, l'espérance de vie des êtres vivants serait considérablement réduite.

Tous les êtres vivants sont formés de cellules et toutes les cellules du corps renferment exactement les mêmes informations génétiques.

Toutefois, elles ne se comportent pas toutes de la même façon. Nous savons que la régulation de la croissance et de la division des cellules (cycle cellulaire) est très complexe. Au cours du cycle cellulaire, il existe des points de restriction qui empêchent la poursuite normale du cycle pour diverses raisons, comme par exemple si les cellules n’ont pas atteint une taille suffisante, si elles manquent de nutriments, si l’ADN est endommagé ou fait l’objet d’attaques chimiques extérieures, etc.

Le développement normal est un processus équilibré qui comprend la prolifération et la mort des cellules. Les processus de prolifération et de mort des cellules par apoptose sont encore plus complexes et impliquent la participation de nombreux gènes. Dans les deux processus, le gène suppresseur p53 est l’un des gènes ou protéines les plus importants et étudiés. Ce facteur de transcription active divers gènes, entraînant l’inhibition de la progression du cycle cellulaire et de la réparation cellulaire, ou l’apoptose. Parmi les signaux qui activent la fonction p53, on citera la dégradation de l'ADN qui joue un rôle dans l’inhibition de la progression du cycle cellulaire pendant la phase G1.

Quand une cellule est endommagée, la suspension du cycle ou l’induction de l’apoptose dépendent de l’intensité des dégâts. Le résultat final des différents mécanismes d’action de p53 est le maintien de la stabilité génomique des cellules. Une déficience en cette protéine contribue donc à l’instabilité génomique, à l’accumulation de mutations et à l’accélération de la genèse de tumeurs. On observe une mutation du p53 dans 50 à 55 pour cent de tous les types de cancer humains.

Ces mutations sont principalement localisées dans la zone de rattachement à l’ADN, ce qui entraîne la perte de son activité biologique.

On notera que l’exemple précédent n’est qu’un cas se rapportant à des troubles cellulaires entraînant des maladies souvent incurables, mais de nombreux facteurs peuvent déclencher des troubles du développement normal et sain des cellules. Cependant, il est prouvé que ceux-ci sont dus à une ou plusieurs déficiences de la fonction cellulaire élémentaire et/ou d'une détérioration de son propre environnement.

D’autre part, un grand nombre de maladies qui affectent le corps humain sont liées à dégénérescence cellulaire et à la mort résultante des différents tissus constitutifs de notre corps, que ce soit de manière aigüe (infarctus) ou chronique (dégénérescence, vieillissement).

C’est pourquoi nous avons inclus dans nos produits des tissus précurseurs de cellules embryonnaires qui correspondent aux formules de produits de cellules et tissus précurseurs de 2ème génération, riches en cellules pluripotentes : c’est ainsi que nous avons élaboré notre produit HUMAN ULTRACELL 3 G, sans équivalent. De la sorte, nous avons réussi à rendre disponibles au corps humain de nouveaux matériaux cellulaires qui donneront une nouvelle dynamique aux formules antérieures de nos produits déjà reconnus. Nous leurs apportons en particulier un nouveau potentiel thérapeutique en optimisant fonction cellulaire pour protéger aussi longtemps que possible le corps des dégradations cellulaires qui deviennent inévitablement des pathologies et des maladies avec une influence plus grande sur tout le processus de vieillissement.

L’utilisation de ces nouveaux composants dans nos formules constitue une avancée fondamentale pour la médecine régénérative et traitements régénérateurs à travers nos produits.

 

© 2018 Biocell Ultravital. Privacy
Like Us on Facebook Follow Us on Twitter